J’ai fermé les yeux dans la ligne droite

C’est une drôle d’expérience que j’ai eu la chance de vivre cette après-midi en répondant à l’invitation de Matthieu du site Athlenergy.com, propriété d’Areva qui depuis 2009 s’est investi de façon intensive dans l’athlétisme en soutenant certains athlètes français de premier ordre ou en devenant le partenaire du meeting de la diamond league qui porte son nom et dont la troisième édition se déroulera cet été au stade de France. Un stade qui a été le lieu du tournage de la scène finale du nouveau film de Régis Wargnier, la ligne droite. Un long-métrage dédié à l’athlétisme ou plus exactement à l’athlétisme handisport puisque le héros du film est un sprinter non voyant.

Je ne pourrai pas aller plus loin dans l’analyse puisqu’il n’était pas question aujourd’hui de projection mais de conférence de presse suivie d’une démonstration d’athlètes de haut niveau non voyants, accompagnés de leurs guides. Une démonstration à laquelle nous allions pouvoir prendre part sur le site de l’INSEP !

La piste couverte

Dans un premier temps Areva a présenté à la presse un bilan de leurs deux premières années de partenariat dans l’athlétisme. Ils se félicitent et s’auto-congratulent quelque peu. Les retombées sont excellentes et font du bien à l’image de marque du groupe. Areva annonce fièrement la présence confirmée sur 200 mètres d’Usain Bolt à Saint-Denis début juillet pour « leur » meeting. Christine Arron, athlète soutenue par Areva est sagement présente autour de la table. Teddy Tamgho, récent recordman du monde du triple saut en salle avec un bond de 17,91 mètres qui termine à peine son entrainement préférera passer par la case cantine avant de rejoindre la salle en toute fin de conférence.

La ligne droite

Le micro passe ensuite entre les mains de Régis Wargnier, le réalisateur de la ligne droite. L’homme est un passionné d’athlétisme, il connait son sujet et a déjà prouvé par le passé qu’il le filmait comme personne. Dans ‘Coeurs d’athlètes’ et ‘D’or et d’argent’ il a filmé les meilleurs athlètes du monde en pleine action et de très très près. Il profite de la présence de la reine Christine pour lui déclarer sa flamme et se lance dans le récit d’anecdotes de tournage au sujet de la dernière scène de son film où la prise de risque fut énorme puisqu’il savait qu’il n’y aurait pas de deuxième prise possible. Il raconte comment ses acteurs qui par définition ne sont pas des sportifs de haut niveau sont venus s’entrainer sérieusement à l’insep pour paraitre crédibles à l’écran. Sceptiques au départ, les entraineurs adoptent finalement les acteurs quand ils constatent des blessures qui témoignent d’un investissement certain.

Vient alors le moment de migrer de cette salle de conférence vers le bâtiment voisin qui abrite la célèbre piste en tartan bicolore ainsi que le vélodrome où sont nés nos plus grands pistards. Fugace moment d’émotion. L’heure de la démonstration a sonné. Pendant que dans les gradins les athlètes Areva et Rachida Brakni qui joue le rôle de guide dans le film se prêtent au jeu des interviews. Il faut noter au passage que l’actrice a pratiqué très sérieusement l’athlétisme par le passé.

Cyril Descours, héros du film et l'athlète Aladji Ba en démonstration

Sous l’oeil des caméras, des athlètes de l’équipe de France paralympique prennent possession de la piste et enchainent des séries d’éducatifs puis quelques départs dans les starting-blocks. Nous observons depuis les gradins leurs techniques parfaites et attendons notre tour d’entrer en piste. Fred de Wanarun et Nicolas d’Athleworld ont également été conviés à cette opération. L’effervescence au bord de la piste retombe un peu, les médias (presse, radio, télé) quittent les lieux, notre tour est enfin venu. Nous faisons connaissance avec les guides qui sont évidemment aussi de très bons athlètes. C’est François Guérin qui guide Trésor Makunda avec qui il a décroché la médaille d’argent sur 100 mètres à Athènes en 2004  qui me propose de me masquer les yeux pour le suivre. En marchant face à lui qui recule, et sans lien dans un premier temps. Les sensations sont étonnantes. L’ouïe devient immédiatement le sens le plus sollicité et un intense effort de concentration s’impose pour suivre le guide dans son déplacement.  Il apparait aussi clairement qu’une forte relation de confiance doit se créer entre guide et guidé.

François Guérin et Trésor Makunda à l'échauffement

Dans un second temps nous utilisons une petite sangle chargée de nous relier au niveau de la main pour effectuer quelques foulées en ligne droite. En plus de la confiance, une bonne dose de synchronisation s’avère nécessaire pour rendre le geste de la foulée le plus fluide et efficace possible. L’exercice n’est pas évident et rend bien compte de la difficulté et du travail nécessaire à accomplir avant qu’un binôme ne devienne performant. Pour finir cette « initiation » nous prenons place dans les starting-blocks pour effectuer quelques départs. François m’explique le rôle important qu’il joue pour mettre son athlète dans les meilleures dispositions lors cette phase cruciale et déterminante pour la suite de la course. Privé de la vue, jaillir des starts s’apparente à un véritable saut dans le vide. Là encore, se livrer totalement requiert une confiance à son maximum et une technique irréprochable. En discutant avec Trésor j’apprends qu’il effectue 9 à 10 séances d’entrainement par semaine, en variant les guides qui ne sont pas toujours disponibles puisque non professionnels. En les quittant je leur souhaite le meilleur pour Londres 2012 qui constitue leur prochaine échéance très importante.

Nul doute que lorsque j’irai voir la ligne droite en salles je porterai un regard différent sur l’histoire vécue par l’athlète et son guide.

Bien sûr, avant de repartir nous ne manquons pas d’immortaliser le moment en posant aux côtés des athlètes Areva présents, particulièrement disponibles !

Christine Arron

Ladji Doucouré

15 réflexions sur “J’ai fermé les yeux dans la ligne droite

  1. ouhaouuu merci de nous avoir fait partagé ce moment magique …. Guider est l’experience la plus incroyable et forte qu’il m’ai été donné de vivre alors lire ces lire me touchent énormément … C’est une expérience inoubliable de courir sans la vue, et le sprint doit être encore plus impressionnant !
    Merci encore

    1. J’ai repensé à ta corrida de Noël pendant que j’étais privé de la vue cette après-midi et je me suis dit que tu avais fait un beau cadeau à la fille que tu as guidé ce jour là.

    1. Je suis bien conscient de cette chance. Ce genre de moments passe toujours un peu trop vite et je compte sur le film qui sortira mercredi prochain pour me faire revivre le truc :-)

  2. Concernant la course les yeux fermés, tu as dû avoir encore plus de sensations, en se concentrant uniquement sur les paroles du guide et de ta gestuelle…
    Effectivement, tu as du vivre une super expérience… de mémoire, la piste de ce stade a été la meilleure que je n’ai jamais foulé, au niveau des sensations que l’on a… pas dure, pas molle, ça rebondit pas, ça ne glisse pas, on peut juste envoyer les watts et c’est du bonheur !

    tu as pu faire un tour des installations de la salle ? la piste de vélo vers le fond est aussi très impressionnante…

    1. J’ai profité d’un petit échauffement pour faire le tour de la salle et m’approcher de ce petit vélodrome blindé d’engins de muscu que je connaissais presque par coeur pour avoir suivi de très près les carrières de Florian Rousseau, Arnaud Tournant et même les aventures en tandem de Frédéric Magné (ouais je suis plus tout jeune :-))
      Par contre on n’a pas trop eu le temps d’envoyer les watts évidemment.

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s