De Bailly à Noisy en passant par Marly

Vous allez rire mais j’ai vécu une grande première ce matin en prenant ma voiture pour me rendre au départ de la course la plus lointaine de chez moi à laquelle j’ai participé ! Pourtant j’aime bien franchir le boulevard périphérique et me lancer à l’assaut du grand ouest parisien ! Trente minutes m’ont tout de même été nécessaires pour rejoindre la petite commune de Bailly, blottie entre A12 et A13, et retrouver le frangin pour l’aider à atteindre son objectif pour ce premier semi-marathon.

Malgré un passage à l’heure d’été douloureux et des averses matinales (la pluie cessera pendant la course) l’ambiance est bonne dans le petit gymnase où les 500 concurrents (calcul approximatif effectué d’après les listings placardés au mur) viennent retirer leur dossard sans aucune justification d’identité. La confiance règne. Je suis plus détendu que mon compère (confrère?) du jour, pour qui passer sous les 1h40m constitue déjà un objectif très honorable, compte tenu de sa préparation légèrement perturbée de ce début d’année. Fort de mes récentes 1h29, je sais que pour moi la tâche sera relativement aisée. En revanche j’ai un peu de mal à appréhender le comportement à adopter pour le mettre dans les meilleures conditions. Globalement le parcours n’est pas trop exigeant, le vainqueur l’emportera en 1h12, mais la gestion des premiers kilomètres conditionnera le reste de la course. Le profil est suffisamment parlant.

Profil de la course

L’absence de tapis sous l’arche du départ orchestré par TopChrono pour déclencher la puce est anecdotique compte tenu du faible nombre de participants. Les quatre premiers kilomètres ainsi que les deux derniers sont parcourus « en ville », les quinze autres dans la forêt domaniale de Marly-le-Roi sur des routes forestières parfois détériorées. La prudence est donc de mise. Dès le départ je me positionne devant mon frère et le surveille d’un oeil. De l’autre je fixe l’allure annoncée par le gps. J’essaie également d’interroger quelques coureurs sur leur objectif du jour en me disant que constituer un petit groupe homogène faciliterait nos affaires mais en vain. Puis je m’échappe de quelques dizaines de mètres par l’avant en pensant que servir de point de mire pendant quelques kilomètres pourra aider mon frère à régler son allure à distance sur la mienne même si lui aussi dispose à son poignet de toute la technologie nécessaire. Je fais un peu l’élastique comme diraient nos collègues cyclistes pendant la première moitié de la course en venant régulièrement aux nouvelles. Tout se déroule comme prévu.

A l’approche du quinzième kilomètre je décide de ralentir pour faire office de garde rapprochée et pousser un peu de la voix. Dans les deux derniers kilomètres qui empruntent en partie la montée du départ en sens inverse, l’allure augmente et malgré la fatigue nous terminons la course par un tour de stade avec une minute d’avance sur l’objectif fixé. Well done !

Résultat final

Mais qui es-tu Pierre Jolivet pour avoir osé t’intercaler au sprint entre nous deux ?!

17 réflexions sur “De Bailly à Noisy en passant par Marly

  1. Bravo! Tu es un bon coach dis donc! Tu as dû bien pousser de la voix pour effrayer ton frère au point de lui faire gagner plus d’une minute sur son objectif!!

  2. Je tiens effectivement à remercier mon porteur d’eau qui m’a encouragé tout le long du parcours (bien monotone ) ;)…heureusement que l’élastique n’a pas lâché….pour une première expérience sur le semi les impressions sont qd meme bonnes et à renouveller !!….les 1h30 me paraissent tt de meme un peu loin …encore….!

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s