[Livre] Born to run de Christopher McDougall

Born to Run, en plus d’être le titre d’un album des années 70 de Bruce Springsteen est aussi le titre d’un bestseller américain écrit par le journaliste américain Christopher McDougall

Jusqu’alors disponible dans la seule langue de Shakespeare, il a été traduit cet été en français et est désormais disponible aux éditions Guérinune maison d’éditions chamoniarde reconnue pour ses livres consacrées à la montagne. Il se dit couramment que ce livre culte est à l’origine du développement du mouvement minimaliste outre atlantique. J’ai réussi à m’en procurer un exemplaire pour mieux comprendre le phénomène.

Préfacé par Killian Jornet, ce livre n’est ni vraiment un roman, pourtant ses protagonistes auraient fait de parfaits héros romanesques, ni tout à fait un documentaire même si parfois la façon de traiter le sujet principal de l’oeuvre s’en rapproche beaucoup. Son auteur, coureur à pied lui-même, touché par des blessures à répétition, décide de trouver une solution à tous ses maux en allant rencontrer des experts en biomécanique. De fil en aiguille, il apprend l’existence d’une tribu d’indiens mexicains connus pour couvrir à pied des distances hors du commun, chaussés du minimum et surtout ne connaissant jamais la moindre blessure. Désireux de comprendre sur le terrain le mode de vie de ces Tarahumaras, il part pour le Copper Canyon et réussit avec la complicité de Micah True aka Caballo Blanco  le futur organisateur du Copper Canyon Ultramarathon à côtoyer ces indiens mystérieux.

Ce livre de 400 pages passionne, on apprend beaucoup sur l’histoire de l’ultra trail dans les années 1990 puisque le célèbre Scott Jurek  fait partie intégrante du casting de l’histoire avec quelques autres figures comme Barefoot Ted ou Jenn Shelton. On s’enrichit également de connaissances ethnologiques et bien sûr de conseils pratiques sur la course à pied minimaliste. Enfin les récits de course au cours desquels des coureurs américains se confrontent aux Tarahumaras sur leur terrain sont captivants.

Si je ne devais retenir qu’un chapitre de ce livre, il s’agirait du chapitre XXV dans lequel Chris McDougall revient sur les études qui ont abouti aux conclusions que les chaussures de running modernes étaient dangereuses pour la santé de ceux qui les portaient, sur les méthodes marketing utilisées par les marques pour vendre ces chaussures et énonce « trois dures vérités » à entendre pour certains. Un chapitre qui se termine par la phrase « courez pieds nus ».

Si toutefois la lecture de ce livre ne vous tentait guère, vous pouvez toujours visionner les vidéos suivantes. La première est une conférence TED donnée par McDougall qui aborde de nombreux points évoqués dans son ouvrage. La seconde, pas forcément passionnante mais avec quelques images hallucinantes est une sorte de résumé de l’édition 2012 du Copper Canyon Ultramarathon en mars 2012.  Il faut tristement noter que Micah True, le Caballo Blanco, personnage central de Born to run à l’origine de cette course, est décédé d’une crise cardiaque en avril dernier au cours d’un run au nouveau mexique.

la conférence peut être vue sous-titrée en français ici :

http://www.ted.com/talks/christopher_mcdougall_are_we_born_to_run.html

8 réflexions sur “[Livre] Born to run de Christopher McDougall

  1. Alors?
    Convaincu que le fabricants de chaussures nous veulent du mal ?
    Tu vas enlever tes chaussures ou tu restes septique comme nous tous et tu ne changes pas une équipe qui gagne ?

    1. Je pense que si le bouquin s’était appelé « born to run without shoes » je l’aurais même pas ouvert :) ça répond à la question ? plus sérieusement j’ai retenu ce qui m’intéresse et y avait matière. j’ai pas l’intention ni de tester la course barefoot ni même de m’adonner au zéro drop. j’ai pas mal bossé depuis 2 ans pour avoir la foulée que j’ai aujourd’hui. j’ai moins de tendinites d’achille qu’à mes débuts en course à pied, je me dis qu’il y a un rapport. j’aimerais quand même qu’elle soit un peu plus économe pour gagner en efficacité quand c’est plus long qu’un semi-marathon.

      En revanche ça me dit bien d’aller courir le copper canyon ultramarathon :)

      1. Bonne réponse :-)
        je penses aussi qu’ il faut trouver son équilibre, que ce soit en terme de drop, d’épaisseur de semelle…
        Même si je suis assez convaincu par le minimalisme, je n’irai pas vers le « pied nu ».
        Mais je pense que je lirai ce bouquin, par curiosité intéressée…

  2. Un compte rendu qui donne envie de lire ce livre, surtout s’il y a de l’ethnographie qui traîne dans les coins!
    Je suis pour ma part très tentée par la course totalement nus pieds pour certaines séances, ainsi que la prise en compte raisonnée de ces avancées en biomécanique pour ma pratique quotidienne (modifier la foulée, prendre des chaussures moins amorties).
    Et sinon c’est quand qu’on vit tous à poil ? Parce que ça m’intéresse aussi!

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s