Mizuno Wave EVO Cursoris, le minimalisme bourgeois

Mizuno Wave EVO CursorisMizuno a choisi le début de l’année 2013 pour (enfin) proposer sur le marché de la chaussure minimaliste non pas un mais deux modèles qui s’avèrent particulièrement réussis. Ces deux chaussures au drop nul baptisées Levitas et Cursoris viennent compléter une gamme déjà très riche.

A la différence de la Levitas qui offre un amorti de 8 millimètres et qui se positionne donc comme le plus minimaliste des deux modèles, la Cursoris, que j’ai eu l’occasion de tester sur une grosse centaine de kilomètres, soit une dizaine de footings, se retrouve affublée d’un amorti conséquent de 12 millimètres qui pourrait presque paraître exagéré et qui change tout, pour un poids annoncé de 205 grammes. J’ai déjà eu l’occasion de confronter ma foulée portée sur le médio-pied à des modèles de chaussures plus ou moins minimalistes. Je suis un grand adepte de l’adipure gazelle d’adidas, dont le drop n’est pas nul et qui offre un excellent confort et un peu moins convaincu par la New Balance Minimus Road 00, une chaussure très exigeante à l’amorti très réduit pour coureurs minimalistes avertis.

Mizuno Wave EVO Cursoris

A priori la Cursoris présente toutes les qualités pour me séduire. J’ai abandonné l’idée d’aller vite avec des chaussures au drop réduit (inférieur à 4mm) avec peu d’amorti. J’ai logiquement décidé d’emmener la Cursoris sur mes footings, plus ou moins vallonnés, sur différents types de terrain. Le premier point ultra positif est quelque peu futile mais revêt tout de même son importance. Je suis littéralement tombé sous le charme du look de cette chaussure alors que d’ordinaire je suis peu attiré par le design des chaussures de la marque nippone. Le chausson s’est révélé confortable, à l’arrêt comme à l’effort. La toe box est large, conforme à ce que l’on retrouve sur les chaussures minimalistes de qualité. Le mesh aéré et extensible ne ressemble pas à un mesh conventionnel et ajoute au confort global que j’ai ressenti.

Mizuno Wave EVO Cursoris

Au niveau des technologies, Mizuno a réussi à intégrer sa plaque Wave à l’avant du pied qui permet de mieux gérer l’onde de choc provoquée par le contact du pied au sol. Le système AP+ promet un excellent dynamisme et une bonne durabilité de l’amorti. Si je n’ai pas encore pu éprouver sérieusement l’amorti dans le temps, soyons francs, la Cursoris n’est pas un modèle en matière de dynamisme mais ça tombe bien puisque ce n’est pas la première qualité qu’on attend d’elle. Sur le terrain j’ai été conquis dès la première utilisation. Leur légèreté et leur absence de drop ont fait merveille dans les montées du footing vallonné qui était au programme tandis que l’amorti de la semelle m’a permis de me sentir en sécurité et confortable dans les descentes.

Je vais donc continuer à utiliser très régulièrement cette chaussure qui allie parfaitement ce que j’attends du zéro-drop (une biomécanique – presque – naturellement axée sur le médio-pied) à un confort quasi optimal. La compagne idéale de mes footings en quelque sorte.

Mizuno Wave EVO Cursoris

D’un point de vue moins personnel, j’estime que la Cursoris conviendra aussi aux coureurs minimalistes débutants, avec toute la prudence que cela sous-entend. L’amorti conséquent de la semelle ne dispense pas de se lancer prudemment et progressivement dans l’usage de ce type de matériel sous peine de mauvaise surprise.

15 réflexions sur “Mizuno Wave EVO Cursoris, le minimalisme bourgeois

  1. Bon ben t’as plus qu’à nous tester la Levitas maintenant ;)

    En tout cas je persiste à déconseiller ce genre de chaussure (0 drop, mais amortie) aux minimalistes débutant.
    L’amorti (surtout s’il est important comme sur ces mizuno) va freiner la progression et la modification de foulée car on peut trop facilement se (re)poser sur le talon, et ne rien changer dans sa foulée ; juste profiter de chaussures légères.

    Alors c’est vrai qu’avec l’absence de drop, le talon n’ira pas « frotter » le sol si on s’applique à poser le pied à plat, mais je pense que ce n’est pas suffisant pour changer durablement. ..
    Bon par contre c’est plus dur et plus long et ça peut en décourager plus d’un ;)
    L’idéal est surement d’avoir 2 paires, parce qu’un peu d’amorti, c’est reposant !

    1. Je suis un peu d’accord. La personne qui a le coup de foudre pour ces chaussures dans une vitrine sans rien connaître au minimalisme s’expose à quelques conséquences. En revanche le débutant averti (ça existe?) peut trouver là une chaussure vraiment intéressante !

  2. Julien, je ne suis pas d’accord avec toi. L’amorti de la CURSORIS est essentiellement à l’avant et très peu présent sous le talon. Elle n’incite nullement à se reposer sur le talon, bien au contraire.

    1. Dire qu’elle incite à attaquer par le talon est peut-être un peu exagéré. (pour moi c’est surtout le drop qui incite à cette pratique « douteuse » (!) qu’est le talonnage)
      Je veux surtout dire que cet amorti peut donner un faux sentiment de sécurité et que l’on posera le talon plus volontiers.

      PS : on n’est finalement rarement d’accord avec ces histoires de godasses. Mais je pense que tu devrais ressortir plus souvent tes vff pour tes footings cool. les sensations sur la foulées sont incomparables. On ne peut pas tricher ;)
      Et Philippe qui a du mal à courir doucement pourrait même essayer un jour…

      PS 2 : poser le talon, c’est bien aussi. Au début je me forçais à être très « sur l’avant pied » (plutôt qu’à plat, où le talon vient toucher le sol en fin d’appui) et mes mollets en ont pris pour leur grade !

  3. Ma petite remarque…

    J’ai commencé à courir « minimaliste » en 2007, suite à la lecture de « the pose method of running » de N.Romanov. A l’époque, ce n’était pas la mode et il n’y avait rien en matière de chaussures minimalistes et j’étais obligé d’acheter des sneakers Puma H Street pour courir. Du coup, on passait d’un extrême (runnings classiques avec drop important) à l’autre (0 drop, 0 amorti) et le sentiment d’insécurité était grand d’où trop de tension et de crispation.

    Ce n’était juste pas possible d’atterrir sur le talon et, pour me « protéger », j’atterrissais involontairement trop sur la pointe des pieds et je faisais trop travailler mes mollets. Résultats: j’ai remplacé mes problèmes chroniques de tendinites rotuliennes par des fractures de fatigue au pied et des lésions musculaires aux mollets notamment (Julien, si çà te dit qqch… ;-)).

    Aujourd’hui, je pense que c’est une chance pour les débutants de disposer des outils (runnings) qui leur permettront de changer de foulée sans stress trop important. Je regrette de ne pas avoir pu disposer, à l’époque, de runnings avec de l’amorti mais au drop limité pour faire une transition en douceur du type : runnings « normales » => Saucony Kinvara => Mizuno Cursoris ? => Mizuno Levitas ? => VFF

  4. PS: certes, si je me suis tant blessé, c’est que ma technique n’était pas bonne et que je faisais des erreurs. Mais quel débutant n’en fais pas ? Pour que l’apprentissage soit moins stressant et donc moins sujet à être brutalement interrompu, je pense qu’il est utile de conserver un « droit à l’erreur ».

  5. Godassez, godassons, nous godasserons !

    Pour info Julien, en très près du sol il y a autre chose que les VFF, mais bon, moi je dis ça, je dis rien.

  6. Je ne cherche pas le près du sol à tout prix.
    J’aime beaucoup mes vff, mais je suis aussi feignant et je préfère avoir un peu plus de confort pour des plus longues sorties…

    Les commentaires de DaJo sont très intéressants ! J’ai eu plus de chance (bien aidé par plus de « documentation » aussi) Seuls me mollets ont eu du mal (avec des contractures qui m’empêchaient de marcher correctement pendant 2 à 3 jours…) mais je n’ai jamais été arrêté.

    Et c’est vrai aussi que tout c’est simplifié quand j’ai acheté les Mirages. Cela me permettait de « reposer » mes mollets et pieds sans être gèné dans ma foulée comme je l’étais avec les vomero (des sabots!)
    Il faut les 2. Enfin les 3 : vff (ou équivalent Lloc!), Hattori et Kinvara. Mais surtout ne pas se priver des 0 drop / 0 amorti ;)

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s