Hoka OneOne Huaka, time to fly ?

hoka_huaka1Je me souviens encore de la première fois que j’ai vu et touché une paire de chaussures de cette marque que beaucoup pensent venue d’outre atlantique alors qu’elle a été créée en 2009 par Jean-Luc Diard et Nicolas Mermoud, deux français à la carrière déjà bien remplie (Salomon, Tecnica, Dynastar, Rossignol). C’était à l’occasion d’une Pasta Running Party organisée par la Runnosphère en mars 2011. Les chaussures appartenaient à Nicolas. Elles ressemblaient à ça et ma réaction fut instantanée et sans équivoque. Moi Hoka, jamais ! Le second préjugé courant est de croire que Hoka se consacre au marché du trail running alors que la marque propose des modèles de route très performants. Pour en finir avec les généralités, sachez qu’Hoka OneOne (prononcez « au cas au nez au nez ») signifie à peu de choses près « planer sur terre » en langue maorie. Comme paraît-il seuls les imbéciles ne changent pas d’avis et à force de recevoir des témoignages convaincants venus de coureurs confirmés comme Jean-Christophe qui a couru en Hoka les marathons de Boston et du Mont Blanc (!) ou Guillaume qui a enfilé les victoires comme les perles d’un collier en début d’année, j’ai décrété que j’allais tester ces chaussures aux semelles oversize, moi l’adepte d’un certain minimalisme en matière de course à pied !

hoka_huaka2
Pendant l’été, le hasard a fait que j’ai reçu une invitation à un voyage de presse organisé par Hoka. J’ai ainsi pu faire connaissance avec les produits de la marque au travers du modèle Rapa Nui dans sa nouvelle version, avec lequel j’ai couru le trail des hauts forts. Mais ce qui m’intéressait vraiment, c’était d’obtenir l’opportunité de courir avec un modèle de la gamme route. J’avais repéré dans le catalogue les Huaka. Leurs mensurations m’ont séduit d’emblée. Le drop de 2mm (27-25) et un poids annoncé de 239 grammes en pointure 42 ne les éloignent pas radicalement de mes Altra The One qui ont 18mm d’amorti sous la semelle. Question look, la polémique fait rage. D’aucuns le qualifient de desigualesque tandis que d’autres, dont je suis, apprécient cet amas de couleurs bariolées. Peu importe, c’est sans incidence sur le comportement sur le bitume et il existe pas moins de 3 alternatives à ce coloris !

hoka_huaka3
J’ai à ce jour parcouru un peu plus de 100 kilomètres avec mes Huaka, principalement des footings actifs, ma lubie du moment. Très rapidement et contrairement à ce que je pouvais craindre, ma foulée portée sur le médio voire l’avant pied a trouvé ses marques. Je ne suis pas habitué à avoir autant de matière sous la semelle, mais je n’ai pas été gêné pour courir comme j’en ai l’habitude. Le profil incurvé de la semelle au niveau des métatarses favorise un déroulé du pied naturel et une bonne impulsion. J’ai trouvé le dynamisme de la chaussure plus que correct. Au niveau de la semelle intermédiaire de ce modèle, Hoka a abandonné l’EVA au profit d’un nouveau matériau qui améliore le rebond, plus léger et réactif, baptisé RMAT.

hoka_huaka4
De la même façon que j’ai apprécié le comportement des Rapa Nui dans les descentes sur les sentiers, je me suis senti confortable et en confiance dans les descentes bitumées avec les Huaka, là où avec moins d’amorti à l’avant du pied, j’ai souvent tendance à souffrir d’échauffements quand je passe à l’attaque. Leur poids (presque) plume fait merveille au moment où les kilomètres s’accumulent. À ce stade de mon expérience avec ces chaussures, il m’est difficile de juger leur vitesse d’usure d’autant plus que je dispose de peu d’informations sur le nouveau matériau utilisé par Hoka. Mais après 100 kilomètres, j’ai connu des modèles plus éprouvés, tant au niveau du mesh que de la semelle extérieure. Je tiens à signaler l’existence d’un système de laçage rapide et bien pensé baptisé « quick fit system » que j’apprécie particulièrement. Le genre de détail qui peut parfois éviter quelques désagréments. Si je devais commencer une préparation marathon demain, nul doute que les Huaka trouveraient leur place sur une short list en vue de la course !

hoka_huaka5
Fiche Produit Hoka OneOne Huaka Homme :

http://www.hokaoneone.eu/fr/d/huaka-homme_262.html

Achetez en ligne sur i-run.fr :



12 réflexions sur “Hoka OneOne Huaka, time to fly ?

  1. Merci, je partage parfaitement. J’ai une paire et je prépare Paris, en plus j’accompagne des amis dans leur prépa pour Barcelone. Je les ai testé sur différentes sortie longues et un 20 Km….Un vrai bonheur de courir avec ces chaussures françaises… Sinon, j’étais tenté par Altra, mais comment correspondre les tailles car Hoka c’est une pointure au dessus, je prends 43 1/3, comme toi en Altra… alors quelle taille pour toi en Huaka??
    Merci pour ta réponse.

    1. Merci pour ton commentaire. J’ai fait l’erreur de prendre la Huaka en 42 2/3 et mon pied s’est retrouvé à l’étroit. Mes ongles des gros doigts de pied en ont un peu souffert. C’est toujours compliqué de choisir les bonnes pointures d’une marque à l’autre. Le mieux c’est de pouvoir essayer.
      J’en profite pour ajouter un bémol à mon article. Il concerne la vitesse d’usure de la semelle extérieure qui s’est malheureusement retrouvée bien élimée avant les 200 bornes.

  2. C’est en lisant plusieurs articles sur les Huaka qui disaient peu ou prou les mêmes choses que toi que je m’en suis acheté une paire (j’aimais déjà mes Rapa Nui trail achetée sur les conseils de JC). Je ne regrette pas et je pense que je vais faire Rome avec. Par contre, c’est vrai que la semelle au bout de 300 bornes, c’est plus trop ça. Après avoir essayé les Saucony Zealot ISO, j’hésitais mais en relisant des tests, je me dis que la Huaka reste parfaite pour un premier marathon pour un coureur moyen et plutôt lourd (ce qui n’est bien sur pas ton cas). T’as pas essayé la Clifton ?

    1. Non je n’ai pas eu l’occasion de tester la Clifton. Je dois avouer que j’ai un peu plus de mal avec son look qu’avec celui de la huaka (je sais ça peut paraitre bizarre :)) En ce moment je me dis que je mettrais volontier la main sur (le pied dans) la challenge ATR !

    1. Pour un 100 bornes je te conseille les ultrabo…. j’déconne :)
      A mon avis chez Hoka tu peux aussi t’intéresser à la conquest et la clifton pour une telle épreuve à moins que tu cherches un chrono de 8 heures !

  3. bonjour,

    Je confirme son usure ultra rapide, après 230 km les miennes sont très lisses… bien dommage car elles me donne complètement satisfaction pour des 10 ou 21 km et triathlon. avec un très bon maintien du pied (à ma grande surprise)
    Les nouvelles Conquest peut être plus adapté à ma pratique très régulière (2 à 3 sorties par semaines…)

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s