Saucony Triumph ISO

Il y a deux mois, j’ai reçu une paire de Triumph de la marque Saucony. Je connais un peu et apprécie la marque américaine du groupe Wolverine, créée en 1898 et qui commence à se faire une belle place dans le peloton des coureurs de tous niveaux.
Saucony a pris le parti de réduire le drop de ses modèles à 8mm, voire 6, 4 pour la Kinvara ou même 0 pour la Virrata (18mm d’amorti) et l’Hattori (15mm).

Mais revenons à la Triumph qui nous intéresse ici. Ce modèle est le premier de la marque à bénéficier du nouveau système ISOFIT. C’est en réalité toute l’empeigne qui a été repensée pour s’adapter le mieux possible à toutes les morphologies de pied. Un système de maintien externe flexible et indépendant enveloppe le pied dans une sorte de chausson. Vous comprendrez tout de suite son fonctionnement en visionnant la vidéo en fin d’article.

DSC_6737
L’autre nouveauté à souligner sur la Triumph ISO se situe au niveau de la semelle intermédiaire PWRGRID+ qui offre 20% d’amorti supplémentaire par rapport à une semelle intermédiaire standard.

Malgré son aspect quelque peu pataud, la Triumph réussit l’exploit de rester sous la barre des 300 grammes. Ses couleurs vives et ses multiples réflecteurs en font à mon goût une réussite sur le plan esthétique.

DSC_6748

Disons le tout de go, sur le papier je ne me trouve pas d’affinités particulières avec la Triumph ISO en dehors de son look coloré qui me plaît.
Comme à chaque fois que j’ai eu l’occasion d’enfiler une paire de chaussures Saucony, j’ai immédiatement été séduit par le confort du chaussant. Et comme lors de mon test de l’Echelon 3, je me suis dit que finalement, trop de confort pourrait tuer le confort. Je ne suis par ailleurs pas très friand d’un excès d’amorti et les 20% supplémentaires annoncés m’ont un peu inquiété dans un premier temps.

DSC_6745

Sur le terrain, je comprends tout de suite le seul usage que je vais faire de la Triumph : le footing ! Entendez par là des sorties aux allures modérées. Je n’ai pas réussi à m’imaginer en train de lui demander de m’accompagner sur la piste ou même sur une séance de fartlek.
J’ai donc à ce jour parcouru un peu plus de 100 kilomètres en Triumph et elle remplit parfaitement le rôle que j’attends d’elle lorsque j’ai besoin d’une séance de récupération en « pantoufles ».
Le talon est bien maintenu et le système ISOFIT est convaincant. Le mesh est de très bonne qualité et la semelle extérieure très peu usée à cet instant laisse augurer d’une vitesse d’usure modérée.

Toutes ces qualités justifient peut être le prix affiché, relativement élevé, de 160 euros. Mais ceux qui placent confort et amorti en tête de liste de leurs critères de choix en auront à coup sûr pour leur argent !

 

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s