Ekiden de Paris 2015, la bataille du pont d’Arcole

Pour sa troisième édition, l’Ekiden de Paris a fait ses adieux à l’hôtel de ville de fort belle manière. Il a en effet été annoncé, par le président de la fédération française d’athlétisme lui-même, que la course irait poser son village ailleurs en 2016. Probablement à proximité de la tour Eiffel. Avec l’objectif annoncé de se rapprocher du record européen du plus gros Ekiden avec 1500 équipes engagées.
Dimanche, les 984 équipes de six coureurs et/ou coureuses ont donc fait honneur à un parcours inédit, empruntant tour à tour l’île de la Cité et l’île Saint-Louis sous un franc soleil sur cette nouvelle boucle de 5 kilomètres.

ekiden_paris_2015_depart

Avec une équipe de plus de 40 ans de moyenne d’âge, renouvelée de moitié, les chances de la Runnosphère de réaliser une aussi bonne performance qu’en 2015 étaient minces en théorie.
Mais comme le bon vin, certains coureurs se bonifient en vieillissant. Nous savions néanmoins avant même que Salvio prenne le départ de la course, qu’il serait compliqué d’aller chercher les 2h36’16 réalisées l’an passé. Ce qui ne m’empêchait pas d’avoir une totale confiance dans les intentions de chacun de livrer son maximum.

ekiden_paris_2015

C’est donc Salvio qui a pris les rênes de l’équipe en main et qui l’a parfaitement lancée dans la course en couvrant ses 5 kilomètres en 18’33 avant de transmettre le clap à Frédéric, un coureur rompu à la distance qui lui était proposée.
37’47 minutes lui sont nécessaires pour boucler ses 2 tours de piste. Perfectionniste, il est très légèrement déçu et son chrono tend à prouver que le parcours n’est pas aussi roulant qu’on veut bien le dire.

Julien, bien décidé à continuer sa progression sur le bitume et les distances courtes, prend le relais et part en trombe à l’assaut de ses 5 kilomètres dont il vient à bout en moins de 19′. Il termine exténué mais prend le soin de réaliser un relais très propre avec Philippe.

À une semaine du marathon de Porto, ce dernier livre malgré tout un beau combat avec ses 2 boucles. Il est de retour 43’04 plus tard pour transmettre le clap à Bastien.
Je suis parti m’échauffer. Dans moins de 20 minutes ce sera mon tour et j’aurai pour mission de parachever les travail des copains.

Il faut exactement 19’51 à Bastien pour boucler son petit tour et m’offrir le témoin dans des conditions idéales. Je l’enroule autour de ma main, me mets en action, déclenche ma montre et pars à tout allure à l’assaut de ces 7.195 kilomètres finaux.

Très rapidement je me rends compte que le rythme est trop élevé et que je manque de rythme. Ce sont mes premières foulées depuis plus de 2 semaines et ma cheville droite n’est pas totalement rétablie. Mais tant qu’elle ne me fait pas souffrir j’insiste et tente de soutenir une allure qui m’asphyxie au fil des hectomètres.

ekiden_paris_jahom

Je suffoque, perds 2 ou 3 places à mi-parcours, m’accroche, saute d’île en île, profite des encouragements de Frédéric S. et Frédéric P., me nourrit de ceux de la foule dans le dernier kilomètre et traverse le pont d’Arcole sous les vivats de la foule (si si). Je sprinte mais j’ai déjà compris que je ne ferai pas passer l’équipe sous les 2h45.

ekiden_paris_2015_arrivee

Il s’en faut de 22 secondes et je mets plusieurs minutes à récupérer de cet effort violent. J’ai couru les 7.195km en 27’12 avec de mauvaises sensations mais que pouvais-je espérer de mieux dans ces conditions.

ekiden_paris_2015_resultat

Je suis fier de cette performance collective. La victoire au challenge médias nous échappe mais la sympathique équipe de Globe Runners descendue de Lille la mérite amplement.

ekiden_paris_2015_teamL’Ekiden de Paris confirme une nouvelle fois que la course à pied peut aussi être un sport d’équipe. Il est promis à un bel avenir et je conseille à tout le monde de tenter une expérience qui se veut abordable quel que soit son niveau.

L’histoire retiendra que l’équipe nationale du Japon s’est fait subtilisée la victoire pour moins d’une minute mais il était venu avec une équipes mixte. Le record de 2h07’37 réalisé en 2014 n’a pas été battu.

>> L’Ekiden de Paris 2015 sur le site de la FFA

4 réflexions sur “Ekiden de Paris 2015, la bataille du pont d’Arcole

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s