Saucony Triumph ISO 2 Everun, l’amorti dynamique

C’est avec un a priori pas forcément très favorable que j’ai commencé le test de la nouvelle Saucony Triumph ISO 2 Everun. J’avais réussi à identifier des qualités intéressantes chez sa grande soeur mais je l’avais finalement trouvée peu adaptée à ma pratique et trop différente du type de chaussure avec lequel j’aime évoluer.

saucony_triumph2_1

Contre toute attente et sans trop faire durer le suspens, je suis d’ores et déjà en mesure, après un peu moins de 200 kilomètres parcourus en sa compagnie, d’affirmer que j’ai craqué pour cette nouvelle mouture de la Triumph.

Comment l’expliquer alors que sur le papier, ses caractéristiques de poids (289 grammes) et de drop (8mm – 21/29) sont quasiment identiques, que le système ISOFIT chargé d’envelopper et de maintenir le pied telle une seconde peau n’a pas vraiment évolué, si ce n’est légèrement au niveau du mesh et que l’on retrouve la même semelle intercalaire ?

saucony_triumph2

Il faut croire que l’apparition du nouveau concept d’amorti baptisé Everun remplit parfaitement la mission qu’on attendait de lui. Tel le « boost » mis au point par adidas, Everun est un Polyuréthane Thermoplastique (TPU) expansé qui possède des qualités supérieures à l’Ethyle Vinyle Acétate, le fameux EVA. Ainsi Saucony promet plus de rebond et d’élasticité et un retour d’énergie de 83%. Par ailleurs Everun serait trois fois plus durable qu’un EVA standard.

saucony_triumph_iso2

Cette nouvelle mousse a été introduite au plus près du pied du coureur, dans une topsole, sur toute la longueur de la chaussure ainsi que dans une couche plus éloignée du pied au niveau du talon.

Sur le terrain, malgré un poids qui tend vers les 300 grammes et un chausson au confort indiscutable qui m’avait un peu déstabilisé chez sa grande soeur, j’ai trouvé les bonnes marques assez rapidement. Il y a de la place à l’avant, du maintien, de la stabilité et cerise sur le gâteau, la restitution d’énergie, ce fameux dynamisme que j’affectionne, est bien réelle. C’est presque surprenant d’avoir l’impression d’emmener facilement une chaussure à l’aspect tout de même un peu pataud. La flexibilité et la bonne traction de la semelle externe TRI-FLEX associée à Everun semble faire des merveilles.

J’ai pris beaucoup de plaisir à enchainer les séances avec cette nouvelle Triumph, allant jusqu’à la mettre en concurrence avec la Challenger ATR de Hoka pour mon récent écotrail de Paris. Et si cette dernière a eu le dernier mot, nul doute que si je devais participer à un 100 kilomètres sur route, la tendance s’inverserait à l’avantage de la Triumph. Sur les distances plus courtes mon choix irait plutôt vers la Kinvara 7 qui bénéficie déjà de l’Everun ou sur la Zealot ISO qui s’apprête à l’intégrer elle aussi. Deux modèles bien plus légers que la Triumph.

Il faudra tout de même s’alléger de 170 euros pour s’offrir les services de cette chaussure haut de gamme. Le fait qu’elle tienne toutes ses promesses aidera probablement à oublier ce bémol.

6 réflexions sur “Saucony Triumph ISO 2 Everun, l’amorti dynamique

  1. Bon je crois que je vais tenter la Kinvara 7 pour mes entrainements. La Zealot 2 ne sort pas tout de suite et ce que tu dis de l’everun ne présage que du bon sur mon modèle préféré pour le court. Dommage que la K7 n’ait pas encore l’isofit.

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s