Run My City première, sûrement pas la dernière

Je savais que ça allait me plaire ! Après avoir participé au shooting en juin dernier pour les supports de communication de Run My City, j’avais été déçu de ne pouvoir prendre part à la course qui devait avoir lieu quelques semaines plus tard. C’était sans compter sur son report qui m’a permis d’en prendre le départ ce dimanche.

Les informations que j’avais pu recueillir ce jour-là m’avaient déjà mis la puce à l’oreille. Moi le coureur urbain, friand de balades citadines au gré de la circulation automobile (ne me demandez pas l’état de mes poumons) et des changements de couleur des feux tricolores, j’avais compris qu’ASO, grâce à ses multiples autorisations de traverser des lieux plus insolites les uns que les autres, allait m’aider à aller au bout du concept.

Bien évidemment j’ai choisi de participer au circuit de 15 kilomètres pour en profiter au maximum. J’ai assorti mon inscription de l’option challenge qui en équipant mon dossard d’une puce, me permet d’être chronométré sur 4 portions du parcours. Tour à tour, un long faux-plat montant, la montée des escaliers vers le sacré coeur, l’escalade de la face nord de la butte Montmartre par un escalier raide et bien connu du Team Trail Paris et un faux plat descendant à quelques hectomètres de l’arrivée, jugée dans la cour de la mairie du 9ème arrondissement de la capitale.

Entre ces défis contre la montre (au final 3’45 d’effort cumulé et une 8ème place) des visites incongrues. De la traversée mémorable de l’Opéra Garnier à la médiathèque Françoise Sagan en passant par la fabuleuse mairie du 18ème, ambiancée par la performance live d’un DJ.
Je vous passe les squares que je n’avais jamais pris la peine jusqu’ici de traverser tandis que je les ai frôlés des dizaines de fois sans même les voir. Invité à tripoter le buste de Dalida porte bonheur en remontant la butte Montmartre par la face nord, je ne me suis pas fait prier.

Pas grand chose à déclarer sur l’organisation dont on pouvait avoir quelques craintes avec ces parcours non fermés à la circulation. Une armée de bénévoles et de signaleurs, des automobilistes étrangement dociles, sans doute réconfortés par le passage à l’heure d’été et une chouette ambiance à l’arrivée ont sûrement contribué à faire de cette première édition une vraie réussite.
J’ai même eu le plaisir de faire la connaissance de Maxime, un lecteur venu me saluer alors que je terminais mon sandwich au fromage pour faire passer la bière (ou l’inverse)

Vous l’aurez compris, cette course est appelée à revenir l’année prochaine. Et si vous aimez Paris et la course urbaine, vous devez absolument l’inclure dans votre programme !

(c) Photo Running

© Photo Running

5 réflexions sur “Run My City première, sûrement pas la dernière

  1. Très intéressant Philippe ! À Québec, on a le Défi des escaliers qui ressemble un peu à ça . Les coureurs montent ou descendent tous les escaliers qui relient la Basse -Ville à la Haute-Ville. Mais de là à entrer dans des édifices. Ça c’est spécial.

  2. Belle idée en effet. Il existe ce genre de visite à Grenoble mais en vélo. Du coup il y a quand même des petites portions chronomètrėes. Voilà qui peut plaire à tous le monde. Tu n’as pas parlé du tarif par contre….

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s