Mizuno wave shadow, pour courir plus vite que son ombre ?

C’est cruel mais c’est comme ça. Si certains modèles de chaussures perdurent à travers le temps, d’autres disparaissent – parfois au grand dam de certains – au profit de nouveaux produits avec des caractéristiques plus ou moins proches.

Chez Mizuno,  c’est au tour de la Sayonara de laisser sa place à la Shadow après 4 versions plus ou moins réussies mais qui ont rencontré un très bon succès. Je n’étais pas leur plus grand fan et c’est donc avec un enthousiasme tout relatif que je me suis impliqué dans le test de ce nouveau modèle.

Sur le papier, la Shadow affiche un poids de 250 grammes contre 256 pour son aînée. C’est kif-kif ! Bonne nouvelle, le drop est réduit de 10 à 8mm. Au niveau des technologies embarquées, la nouveauté se situe dans la semelle. La célèbre plaque Wave évolue vers  un concept baptisé Cloud Wave, récemment apparu sur la Rider 20. En plus d’optimiser l’absorption et la répartition de l’onde de choc lors de l’impact au sol, le Cloud Wave minimise la perte d’énergie. Ce qui confère de meilleures qualités de dynamisme à la chaussure. Amorti et stabilité restant historiquement des points forts de la marque japonaise.

Il n’en fallait pas plus que ces nouvelles caractéristiques et son look résolument flashy pour me donner l’envie de retourner sur le bitume mettre un peu d’intensité dans mes séances qui ont furieusement tendance à se ramollir depuis quelques mois.

Mon pied a rapidement trouvé sa place dans le chausson, ce qui n’a pas toujours été le cas dans d’autres modèles de la marque. Un bon point sûrement à mettre sur le compte de ce nouveau mesh conçu en une seule pièce et particulièrement respirable à l’effort. Plutôt rassurant avant de m’envoyer ce 4×3′ ou ces 2x8x30″/30″ le long du canal de l’Ourcq !

Ces deux séances sont parfaitement bien passées ! Pas d’échauffement, de la place à l’avant pour tous mes doigts de pied sans exception, de la légèreté et un rebond suffisamment propice à conserver une foulée dynamique du début à la fin. Mais au-delà du fait que j’ai été séduit par le comportement de cette Shadow sur ces séances d’intervalles, je l’ai aussi emmenée sur des footings actifs de plus de soixante minutes.

Sans être totalement une chaussure de type racer,  la Shadow m’apparaît comme une très bonne chaussure rapide au quotidien et relativement polyvalente, à l’instar d’une Boston chez adidas. Est-ce qu’après mon test concluant de la Rider 20 il y aura bientôt un an, la Shadow sera la chaussure qui finira de me réconcilier avec Mizuno ?  Affaire à suivre !

 

 

J'ai un truc à dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s